Faire un don

Incidence et prévalence au Canada

  • En 2020, environ 3400 nouveaux cas de myélome multiple seront diagnostiqués, et près de 1600 décès seront associés au myélome.
  • Le myélome multiple est la 2e forme la plus répandue de cancer du sang, et la 15e forme de cancer la plus courante au Canada.
  • De 1994 à 2015, le taux de mortalité annuel a été de-1,1 % chez les hommes et de -1,7 % chez les femmes. 
  • L’âge moyen au moment du diagnostic se situe entre 70 et 80 ans (hommes et femmes). Au Canada, 4 % des personnes diagnostiquées d’un myélome sont âgés de moins de 45 ans.
  • L’incidence du myélome varie d’un pays à l’autre, passant de moins d’une personne sur 100 000 en Chine à environ quatre sur 100 000 dans la plupart des pays occidentaux industrialisés. Dans une perspective mondiale, le taux d'incidence du myélome au Canada est élevé, mais il reste comparable (et inférieur) à celui de pays, de statut socio-politique et économique similaire, comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Incidence, prévalence, mortalité… qu'est-ce que ces mots signifient?

*Incidence : Nombre de nouveaux cas diagnostiqués en une année.

*Mortalité : Nombre de décès attribués au myélome dans une année.

Prévalence : Nombre total de cas d'une maladie à un moment précis. La prévalence est influencée à la fois par l'incidence et le taux de mortalité. La prévalence augmente lorsque les taux de survie augmentent, même si l'incidence reste la même. Alors que les patients atteints de myélome multiple vivent plus longtemps, la prévalence augmente. Une analyse statistique compliquée est nécessaire pour déterminer la prévalence de la maladie, ce qui signifie que ces chiffres sont moins facilement et moins fréquemment disponibles.

Survie à 5 ans : La probabilité, représentée par un pourcentage, que les patients survivent au moins 5 ans après leur diagnostic (ex. un taux de survie de 20 % indiquerait qu'un patient a 20 % de chances de vivre pendant 5 ans après la date de son diagnostic).

Taux standardisés selon l'âge : Ces taux décrivent le nombre de personnes sur 100 000 qui reçoivent/obtiendront un diagnostic de/mourront d'une maladie, généralement représentés en nombre décimal ou en pourcentage et sont ajustés pour tenir compte du fait que le développement d'un cancer devient de plus en plus probable avec l'âge (par ex. un taux d'incidence pour les hommes de 9,7 sur 100 000 personnes).

Variation annuelle moyenne en pourcentage : La variation que ces chiffres subissent d'une année à l'autre, pour une période spécifique. Si le taux d'incidence/mortalité d'un cancer, etc. augmente en moyenne de 2 points de pourcentage par an entre 2000 et 2010, il y aura une variation annuelle moyenne en pourcentage sur 10 ans de 2 % ; si un taux baisse de la même moyenne, cela sera représenté par -2%. Cette mesure est utile pour suivre les tendances au fil du temps, car les nombres constamment négatifs indiquent