Participez à la Marche Myélome Multiple. Faites un pas vers la guérison.

Faire un don

L’importance de parler

Il est possible que vous hésitiez à parler ouvertement à la personne aidée parce que vous avez peur de le faire souffrir. N’oubliez jamais que la franchise et l’honnêteté renforcent nos liens et notre engagement profond. Essayez toutefois d’éviter de lui rappeler constamment avec nostalgie à quel point les choses étaient mieux auparavant. Plutôt que de vous attarder sur ce qui vous manque, concentrez-vous sur le présent. Réglez vos différends rapidement, essayez de rester ouvert et disponible, et écoutez sans jugement.

Parler aux autres

Lorsque vous annoncez à quelqu’un qu’u(e)n proche est atteint(e) d’un myélome, essayez d’abord d’être bref et concis. Pour donner plus de détails, vous pouvez également remettre un exemplaire du Guide destiné aux proches aidants ou du Guide destiné aux patients atteints d’un myélome multiple. N’oubliez pas que ces échanges ne se font pas à sens unique : la famille et les amis peuvent également vous apporter réconfort et apaiser vos préoccupations.

Parler aux enfants

Si vous et l’aidé avez des enfants, vous aurez peut-être du mal à leur parler de la situation. Cet instinct parental qui vous amène à ne pas vouloir les faire souffrir pourrait vous rendre hésitant. Sachez toutefois que, dans ce genre de situation, les enfants sentent généralement que quelque chose ne va pas. Ne rien leur dire pourrait les effrayer ou les troubler. En général, les enfants s’adaptent mieux lorsqu’ils en savent suffisamment. Communiquez avec eux en des termes simples, dans un langage adapté à leur âge, et laissez-leur toujours un peu d’espoir. Vous pouvez également communiquer avec le(la) travailleur(euse) social(e) de votre hôpital ou de votre centre de cancérologie avoir des suggestions et des stratégies sur la façon d’en parler aux enfants.